actualité

Création de la Plateforme suisse contre la traite des êtres humains

Situation initiale

Malgré les grands progrès réalisés dans la lutte contre la traite des êtres humains en Suisse, les centres d’assistance aux victimes de la traite constatent que les victimes n’ont pas suffisamment accès à leurs droits. Bien que la Suisse ait signé la Convention européenne sur la lutte contre la traite des êtres humains, les droits des victimes qui y sont énoncés ne sont que partiellement appliqués en Suisse, ce qui a également été critiqué par GRETA, le groupe des experts sur la lutte des êtres humains du Conseil de l’Europe.

On peut présumer que le nombre actuel de victimes identifiées en Suisse n’est que la partie visible de l’iceberg : seule une petite fraction des victimes est identifiée, et parmi celles-ci, seulement quelques-unes reçoivent une protection et un soutien spécifique à leurs besoins. C’est une question de chance ou de hasard si une victime peut ou non faire valoir ses droits de victime.

Les raisons en sont un manque de sensibilisation de la part des autorités et du grand public, ainsi qu’un manque de ressources financières à disposition pour apporter un soutien complet aux victimes et pour lutter efficacement contre la traite des êtres humains. En outre, diverses lacunes dans la protection des victimes rendent actuellement difficile une lutte contre la traite : manque d’accès à la protection et à la justice pour les victimes dans le cadre de la procédure d’asile, manque d’accès à la protection pour les victimes qui ont été exploitées à l’étranger, etc. En outre, le nombre de condamnations pour traite des êtres humains est alarmant par rapport au nombre de victimes, ce qui indique que des poursuites efficaces et des peines appropriées sont encore loin.

Mettre en réseau

Pour ces raisons, les quatre ONG, ASTRÉE, FIZ Centre d’assistance aux migrantes et aux victimes de la traite des femmes, Antenna MayDay Ticino et CSP Genève ont décidé de créer une plateforme nationale pour assurer une coopération continue et un échange d’informations approfondi et ainsi devenir une voix plus forte pour les droits fondamentaux des victimes de traite des êtres humains. Les quatre ONG sont spécialisées dans la protection des victimes de la traite et suivent une approche fondée sur les droits de l’homme dans leur travail.

L’échange d’informations, de pratiques et d’expériences entre les organisations membres permettra d’identifier les problèmes et les lacunes en matière de protection des victimes. Cette coopération au niveau national permettra de renforcer la voix des organisations dont l’approche de la traite des êtres humains est centrée sur les victimes et fondée sur les droits de l’homme. Le travail politique conjoint se concentre sur la réduction des lacunes en matière de protection des victimes. En outre la plateforme a pour but de sensibiliser les autorités, les experts et le grand public aux droits des victimes de la traite des êtres humains et à leur situation.

Nos objectives

La Plateforme suisse contre la traite des êtres humains « Plateforme traite » a été officiellement fondée en 2020 et pose les revendications suivantes aux politiques suisses :

Retour